Actualité

Le plan filière des œufs français : prolongement du contrat social

le 22 mai 2018

En octobre 2016, l’interprofession française des œufs s’engageait dans un gigantesque chantier. Elle présentait son « Contrat Sociétal d’Avenir » et annonçait son intention d’adapter les modes d’élevage aux attentes sociétales, en se fixant notamment pour objectif d’atteindre 50% de poules pondeuses en élevages alternatifs à la cage aménagée d’ici 2022 en préservant le potentiel de production de la filière. Une initiative approuvée par 94% des Français .

Aujourd’hui, le CNPO reprend cet objectif ambitieux dans son Plan de filière, articulé autour de 4 grands axes et de 14 objectifs à 5 ans.  

 

Plan de filière : le résultat d’un travail de concertation

Le CNPO a élaboré son plan de filière en étroite collaboration avec l’ensemble des acteurs économiques concernés.  Ainsi, le travail a été mené avec les représentants de la distribution, de la restauration hors domicile, du commerce de gros et des industries alimentaires. Un ingénieur du CGAAER (Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux) ainsi que les médiateurs des relations commerciales agricoles du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation ont été associés à la démarche dans un objectif de suivi des travaux. Des points réguliers avec le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Stéphane Travert, et son cabinet ont permis de soumettre à la réflexion l’ensemble des thématiques qui pourraient toucher la filière française des œufs.

 

Un plan de filière développé autour de 4 axes stratégiques

Le plan de filière des œufs français est articulé autour de 4 axes définis afin de :

  • Répondre aux demandes des consommateurs et de la société tout en maintenant la souveraineté alimentaire de la France et sa compétitivité
  • Renforcer les relations tout au long de la filière : de l’amont jusqu’au consommateur final
  • Développer la recherche et les innovations au service de la filière des œufs et poursuivre la conquête des marchés
  • Améliorer les connaissances sur la production et la consommation d’œufs et d’ovoproduits

 

Les Français conscients des besoins de temps et de financements nécessaires aux éleveurs pour s’adapter 

Conscients des difficultés liées à la transition des élevages en cages aménagées vers les élevages alternatifs, 79% des Français estiment nécessaire pour les éleveurs de demander un délai aux enseignes de la grande distribution afin de s’adapter. 79 % des Français trouvent également normal que les éleveurs demandent une aide financière aux distributeurs pour réaliser les investissements nécessaires à cette transition. 

 

Les Français prêts à payer plus cher pour accompagner la transition

87% des Français sont eux-mêmes prêts à payer 10 centimes d’euro de plus par boîte de 6 œufs pour accompagner la filière dans la transition vers les élevages alternatifs. 
74% des consommateurs se disent également prêts à payer plus cher pour des œufs issus d’élevages alternatifs. 

 

Partager l’article via
Suggestions d’articles

Sur nos tables : un flan aux légumes du Sud et à la brousse pour faire honneur au bel été enfin arrivé !

le 2 août 2021

En France nous aimons les flans et c’est peu dire que nous aimons tous les flans… qu’ils soient salé... Lire la suite

La balance commerciale des œufs repasse au vert en valeur !

le 1 juillet 2021

Excédent de +4 millions d’euros en 2020 2020 constitue une année charnière pour les ventes d’œufs d... Lire la suite

Œufs de France : le point de repère des œufs et des produits transformés

le 29 juin 2021

Logo Œufs de France : une réponse aux attentes des Français Deux ans seulement après son lancement... Lire la suite

En cliquant sur "Accepter les cookies", vous acceptez les réglages des cookies que nous recommandons. Vous pouvez également choisir les cookies que vous acceptez dans la page consacrée à notre politique de confidentialité, visible ici : RGPD & Cookies

Réglages cookies

A l'avenir, vous pourrez toujours changer ces choix ici-même.

InterneCookies techniques et internes.

Réseaux sociauxCe site offre la possibilité de partager des contenus vers des réseaux sociaux, ou bien permet l'affichage de contenus multimédias en provenance des réseaux sociaux. Ces derniers peuvent charger des cookies tiers. Vous pouvez refuser ici l'ensemble de ces cookies, mais cela impactera probablement votre visite (ex. nos vidéos de recettes sont généralement hébergées sur YouTube). Réseaux sociaux susceptibles de charger un cookie tiers : Facebook, Instagram, Twitter, YouTube, Pinterest.