Actualité

La filière des œufs poursuit sa transition et confirme sa position de n°1 de la production d’œufs en Europe

le 24 juin 2021

+4,9 % d’œufs produits en France en 2020

(Source : estimations ITAVI)

En 2020, la France a produit 15,7 milliards d’œufs, une production en hausse de +4,9 % par rapport à 2019. En 2021, la tendance à la hausse devrait se poursuivre avec de prévisions à +2,5 % d’ici le mois de juillet.

La France confirme ainsi sa première place de premier pays producteur d’œufs dans l’Union européenne (environ 14 % de la production en 2020), suivie de l’Allemagne (13 %) et de l’Espagne (13 %).

 

L’Europe : 2e zone de production d’œufs dans le monde

Avec 9,4 % de la production mondiale d’œufs, l’Europe (UE 27 + Royaume-Uni) se place en
2e position des zones championnes de la production d’œufs dans le monde, après la Chine (1/3 de la production mondiale) et devant les États-Unis (8 %).

D’après les estimations de l’ITAVI basées sur la Commission européenne et diverses sources statistiques nationales, la production d’œufs de consommation en 2020 a été d’environ 116 milliards d’œufs. La production européenne d’œufs a progressé de 1 % (+ 1,5 % UE hors Royaume-Uni). Cet accroissement de la production a principalement été porté par la progression en France (+ 4,9 %), Allemagne (+ 3,5 %) et en Espagne (+ 1,0 %). En revanche, la production est en recul en Pologne (- 0,7 %), aux Pays-Bas (- 0,5 %) et au Royaume-Uni
(-2,7 %).

 

64 % des poules en élevages alternatifs

(Source : Base de données avicole)

Les professionnels français se sont largement mobilisés pour répondre aux nouvelles attentes sociétales. En 2017, ils se sont fixé pour grand objectif de dépasser 50 % de productions alternatives à la cage à l’horizon 2022. Un objectif qu’ils ont réussi à devancer trois ans avant l’échéance prévue dès 2019, avec 53 % de poules dans des systèmes hors cage. Et ils continuent leur travail de transition : fin 2020, 64 % des poules pondeuses étaient élevées hors cages aménagées en France[1].

Aujourd’hui, les poules élevées en cages ne représentent plus que 36 % de la production française (47 % en 2019). Les poules élevées en plein air représentent désormais 23,2 % de la production (18 % en 2019), le plein air Label Rouge 5,8 % (5 % en 2019), le bio 16 % (18 % en 2019) et le sol est passé de 13 % en 2019 à 19 % en 2020.

 

[Enquête]
La transition vers les élevages alternatifs massivement soutenue par les Français

Les Français sont largement favorables à l’initiative de transition lancée par la filière en 2017 et qui lui a permis de passer de 37 % d’élevages alternatifs à la cage à 64 % aujourd’hui. Ils sont en effet 97 % à dire que ce travail des éleveurs français mérite d’être salué et autant que cette transition vers l’élevage hors cage des poules pondeuses doit se poursuivre progressivement.

80 % des Français sont même d’accord pour payer plus cher pour acheter des œufs issus d’élevages alternatifs si les prix augmentent puisque ces modes de production impliquent des coûts de production plus élevés que la production en cages aménagées.

 

L’accompagnement de l’État jugé nécessaire pour la transition

Les Français estiment que la filière doit être accompagnée par l’État dans sa transition. 89 % estiment que les éleveurs ont besoin d’être accompagnés financièrement afin de poursuivre ce travail de transition vers d’autres modèles d’élevage que la cage. Ils sont également 84 % à juger que l’État doit aider les éleveurs à arrêter leur activité lorsqu’ils ne peuvent pas transformer leur élevage de poules en cage, grâce à des fonds pour la cessation d’activité par exemple. En effet, des éleveurs de poules en cages se trouvent actuellement confrontés à d’importantes difficulté pour la transition de leurs élevages. Pour certains d’entre eux, l’avenir de leur élevage est profondément remis en question.

 

BON À SAVOIR :

Il existe 4 types d’élevages permettant de répondre aux différentes attentes des consommateurs :

  1. Élevage biologique (code 0) : les poules sont alimentées avec de la nourriture issue de l’agriculture biologique (95 % minimum). Elles ont accès à des parcours extérieurs dans lesquels elles disposent d’abris et de végétation. En intérieur, elles disposent de nids et de perchoirs.
  2. Élevage en plein air (code 1) : les poules ont accès à un parcours extérieur au cours de la journée (la mention « œufs de poules élevées en plein air » est inscrite sur l’emballage). Les œufs Label Rouge sont marqués code 1.
  3. Élevage au sol (code 2) : indique que les poules évoluent librement à l’intérieur d’un bâtiment (la mention « œufs de poules élevées au sol » est marquée sur la boîte).
  4. Élevage en cage aménagée(code 3) : il représente la part la plus importante de la production française. Il répond aux normes européennes en vigueur depuis janvier 2012. Les poules vivent dans de nouveaux hébergements en groupe de 20 à 60, où elles disposent en particulier de perchoirs et de nids.

 

[1] Sur une base représentant entre 90 et 95 % des élevages français

Partager l’article via
Suggestions d’articles

La balance commerciale des œufs repasse au vert en valeur !

le 1 juillet 2021

Excédent de +4 millions d’euros en 2020 2020 constitue une année charnière pour les ventes d’œufs d... Lire la suite

Œufs de France : le point de repère des œufs et des produits transformés

le 29 juin 2021

Logo Œufs de France : une réponse aux attentes des Français Deux ans seulement après son lancement... Lire la suite

Enquête consommateurs : les Français plébiscitent les œufs

le 22 juin 2021

Enquête CSA pour le Comité National pour la Promotion de l’Œuf (CNPO), menée du 29 avril au 10 mai 2... Lire la suite

En cliquant sur "Accepter les cookies", vous acceptez les réglages des cookies que nous recommandons. Vous pouvez également choisir les cookies que vous acceptez dans la page consacrée à notre politique de confidentialité, visible ici : RGPD & Cookies

Réglages cookies

A l'avenir, vous pourrez toujours changer ces choix ici-même.

InterneCookies techniques et internes.

Réseaux sociauxCe site offre la possibilité de partager des contenus vers des réseaux sociaux, ou bien permet l'affichage de contenus multimédias en provenance des réseaux sociaux. Ces derniers peuvent charger des cookies tiers. Vous pouvez refuser ici l'ensemble de ces cookies, mais cela impactera probablement votre visite (ex. nos vidéos de recettes sont généralement hébergées sur YouTube). Réseaux sociaux susceptibles de charger un cookie tiers : Facebook, Instagram, Twitter, YouTube, Pinterest.